12 août 2018

A l’origine

A l'origine

AAT a été créée après des années d’expérience sur le terrain de Jurgen Thomas (en Thaïlande) et de Georges Blanchard (Au Vietnam) et du désir de créer une organisation pertinente et innovante contre le trafic humain, comme il n’existait pas encore à ce moment.

Georges, né en France en 1962, est un travailleur social précurseur et qualifié, spécialisé dans le travail social et la gestion de structures sociales  avec les MJCs. À 25 ans, Georges reçoit sa première médaille du général de la 4e division militaire de l’armée française pour ses réalisations dans le développement des relations entre l’armée et la nation. Toujours en France, avec le représentant du conseil général et du maire de Chatillon en Diois (Drôme), Georges a œuvré pour le sauvetage du village grâce au développement du tourisme et du potentiel naturel local. Ainsi, beaucoup de jeunes n’ont pas dû quiter leur village pour travailler dans les villes. Par ailleurs, Georges est sans doute le seul homme célibataire Français à avoir obtenu le statut officiel de « Famille d’Accueil » à l’âge de 21 ans pour l’accueil d’enfants de la DDAS pendant leurs vacances.

Au Vietnam depuis medail 1992, Georges a initié plusieurs programmes pilotes célèbres qui sont considérées comme innovant et efficaces par le gouvernement et la population vietnamienne.
Depuis 2011, Georges bénéficie de la citoyenneté vietnamienne et a reçu trois médailles approuvées par le Premier ministre vietnamien, ainsi que plusieurs disaines de «certificats du mérite» pour sa contribution significative au développement de la protection et de l’éducation des femmes et des enfants vietnamiens pour une
société durable.

Georges est à l’origine de quatre projets principaux pour les enfants des rues, les enfants des léproseries et sur les causes et les conséquences de la traite des êtres humains. Tous ont permis un changement de mentalité de la part du peuple et des autorités Vietnamiennes et ont permis le développement de réglementations. (Continuer ci-dessous)

Jurgen Theo

Theo & Jurgen

Jurgen a étudié en France et à commencé à travailler pour une entreprise après avoir été diplômé.
Il est très mécontent de son travail et, en même temps, il est été très touché par la situation des femmes exploitées dans la prostitution. Après quelques années dans son entreprise, il décide de changer de vie et de reprendre ses études pendant 2 ans sur les actions humanitaires chez Bio Force (Lyon-France). C’est là qu’il rencontra une femme charmante qui allait devenir sa femme des années plus tard. Lorsqu’il obtient sa nouvelle qualification, Jurgen quitte la France et commence à agir comme volontaire auprès dONG thaïlandaises et étrangères spécialisées dans le sauvetage et la réhabilitation des femmes et des enfants en Thaïlande. En 2003, il a été employé par AFESIP Cambodge pour ouvrir le projet d’AFESIP en Thaïlande.
En 2005, avec Theo, sa directrice de projet, ils enregistrent Alliance Anti Trafic Thailand en tant que fondation thaïlandaise dirigée par un comté directeur Thaïlandais.

Jurgen à aussi été l’élément principal de la construction du tout premier réseau régional contre la traite en Asie Du Sud-Est, impliquant la Malaisie, Singapour, le Laos, le Myanmar et le Vietnam, qui a permis le sauvetage de milliers de victimes et fait fermer quelques centaines de bordels où les femmes et les enfants étaient exploités. Ce réseau à éxisté bien avant l’arrivé des Nations Unies et des groupes d’actions aujourd’hui connus dans la région.

G017Pendant les neuf ans (1992-2001) de travail avec les enfants des rues,  en 1995 il a initié le premier projet d’action visant à protéger les enfants de l’exploitation sexuelle et en 1998, Georges a ouvert le premier et le seul centre de réadaptation pour les femmes impliquées dans l’exploitation sexuelle à Vung Tau, mais à cette époque, il était politiquement impossible de parler de projets de ce type publiquement.
Hv hoi gia 013_resize

En décembre 2001, Georges a ouvert les deux premiers centres du Vietnam pour les femmes et les enfants victimes de la traite et préparant leur réintégration dans la communauté. En 2002, en coopération avec la police et Afesip Cambodge, il a effectué les touts premiers sauvetages et rapatriements de femmes et d’enfants vietnamiens trafiqués à l’étranger opéré par une ONG.

En 2003, grâce aux preuves recueillies sur le terrain, Georges a réussi à pousser les autorités vietnamiennes à reconnaître officiellement que la traite des êtres humains touchait les Vietnamiens, en particulier les femmes et les enfants, et que les victimes devaient être reconnuent comme des victimes et non plus des criminels.
Le travail d’AAT a été le principal modèle de projet étudié par le gouvernement vietnamien pour établir la première loi contre la traite des êtres humains, officialisée en janvier 2012.

Plus tard, AAT a activement participé avec la police vietnamienne à la modification de ladien bien children loi sur la prostitution afin d’abolir l’emprisonnement systématique de trois ans des femmes et des mineurs, par une simple amende ayant moins de conséquences pour les personnes prostituées.                                          

 

Le travail considérable de Georges et de son ONG Alliance Anti Trafic au début de tout, alors que ce travail était très sensible au Vietnam et que les ONG n’étaient pas autorisées à  travailler dans ces domaines et à renconter directement les victimes, a ouvert la porte à d’autres organisations qui ont finallement pu mettre ce genre d’activités à leur agenda dès 2009. 4

Depuis, Georges participe régulièrement à des programmes de télévision vietnamiennes et il est un des consulatant pour la télé. AAT est aussi l’ONG contre la traite des êtres humains la plus exposée par les médias vietnamiens.

moiBeartNote: En 2004, l’agence des Nations Unies UNIAP a lancé l’Initiative ministérielle coordonnée des pays du Mékong contre la traite des êtres humains (COMMIT). A cette époque, AAT avait déjà commencé à collecter de multiples succès et avait déjà réaliser les premiers rapatriements officiels de Vietnamiens trafiqués en Malaisie,  Thaïlande,  Singapour et  Laos, qui ont étés utilisés par le COMMIT comme exemples pour le  développement de mémorandums d’accord entre les pays.

Partagez
Contactez nous maintenant
close slider
Une simple précaution pour confirmer votre demande.