27 août 2016

Ethique et Phylosophie

Ethique et philosophie

Notre travail

Afin de garantir la qualité de notre travail et de minimiser le risque d’impact indésirable sur la vie des victimes et des communautés avec lesquelles nous travaillons.

Nous traitons toutes les personnes également

Nous respectons les principes de non-discrimination fondée sur l’ethnicité, la religion et l’orientation sexuelle et respectons l’égalité des sexes. Bien que nous ne soutenions pas la prostitution, nous rejetons tous les types de préjugés à l'égard des femmes qui l"utilise ou l'ont utilsé pour vivre.

Nous ne faisons pas de fausse promesses

Dans notre travail avec les donateurs et avec les victimes et les parties prenantes du projet, nous ne faisons pas de fausses promesses à propos de notre travail et nous nous efforçons d’être aussi réalistes que possible en expliquant ce que nous pouvons offrir. Autant que nous pouvons, compte tenu de la nature de notre travail, nous appliquons des principes de transparence et de responsabilité à la fois dans notre travail de fond que dans nos finances, en essayant de tirer le meilleur parti des fonds qui nous sont accordés.

Nous aimons coopérer avec d'autres organisations

Nous coopérons avec d'autres organisations pour assurer le meilleur intérêt des victimes. Notre organisation s'est engagée à travailler pour la protection des femmes et des enfants dans des circonstances difficiles et nous avons confiance en notre intervention, particulierement lorsqu'il sagis de circonstances qui rendent difficile toute intervention. Cependant, si nous pensons qu'une autre organisation ou les autorités locales ont les ressources nécessaires pour gérer un cas plus efficacement que ce que nous pouvons faire, nous préferons demander l'aide externe à notre organisation.Cependant, si nous pensons qu'une autre organisation ou les autorités locales ont les ressources nécessaires pour gérer un cas plus efficacement que ce que nous pouvons le faire, nous préferons demander de l'aide externe à notre organisation, ce qui est par exemple le cas avec tous nos bénéficiaires atteint de VIH.

Nous travaillons dans le but de devenir obsolet

Nous collaborons avec les populations locales, les agences gouvernementales et les organisations. Nous pensons que les mécanismes de protection juridique et sociale devraient être dirigés localement, et que tout soutien par des ONG devrait être temporaire et transféré aux populations locales et aux autorités le plus rapidement possible. Nous visons à adapter nos méthodes de travail aux cultures dans lesquelles nous agissons et nos collaborateurs sont principalement locaux.

Nous n'organisons pas de visites de nos victimes

Bien que nous comprenions que beaucoup de personnes sont intéressés à voir notre travail avec les victimes de la traite, la plupart des victimes avec lesquelles nous travaillons trouvent ces visites indignes et dangereuses, car elles attirent l’attention des voisins qui ne conaissent pas leur histoire et comme au Vietnam, l'attention des autorités qui créeront des problèmes à leur famille. Nous voulons maintenir des normes élevées dans notre travail social et souhaitons maintenir une relation de confiance avec les victimes. Il est important de traiter chaque personne avec dignité et de respecter sa vie privée.

Nous ne participons pas à l'exploitation sexuelle

Nous n'entreprenons pas d'avoir des relations sexuelles avec des victimes argumenté par une "investigation de terrain" comme le pratique certaine organisations internationalles. Notre personnel s'engage à ne pas recourir à la prostitution ou à toute forme d’exploitation sexuelle dans sa vie professionelle comme privée tant qu'il ou elle est un ou une de nos employé (e).

LA protection des victimes est notre priorité

C’est pourquoi nous ne montrons j'amais de visages et de nom de victimes si cela n'a pas été demandé clairement par la victime elle même. Nous ne publions pas d'informations sensibles sur les affaires en cours, même si cela nous aiderait considérablement dans nos propres collecte de fonds. par ailleurs, nous avons des régulations strictes pour tous les médias ou autres personnes qui désireraient publier des articles sur notre travail. Nous contacter directement à ce sujet.

Nous ne vendons pas la pitié

Traiter chacun avec dignité est notre priorité numéro un. Les victimes de la traite des êtres humains sont des victimes du crime organisé et non des sujets impuissants qui ont besoin de nous en tant que protecteurs. Notre objectif est de les aider à explorer leur propre potentiel et à avoir accès à des moyens de subsistance viables - Et non à vendre des histoires tristes pour ettendrir des doneurs.

Nous ne l'égitimons pas l'usage de "Travailleuses du sex"

Le concept de 'travailleuse du sexe" contribue à légitimer ce que notre travail quotidien nous démontre comme étroitement lié aux abus, à l’exploitation et au crime organisé. Dans notre région, la grande majorité des femmes qui ne sont pas détenues dans des maisons closes contre leur gré ou qui n'ont pas été vendu pour le trafic, sont prostituées parce qu’elles n’ont pas d’autre option de survie. Un grand pourcentage des victimes de l’exploitation sexuelle et du trafic humains sont des enfants de moins de 18 ans. Beaucoup de femmes mais aussi des mineures sont forcées à devenir des esclaves sexuelles.

Nous distribuons des informations fiables

Dans le domaine de la traite, il existe de nombreuses théories, souvent non scientifiquement fondées, sur les causes du phénomène, entre autres. Le plus souvent les publications ont un effet sensationaliste plutot que scientifique. Nous ne soutenons pas les publications infondées, sans preuves concrètes et pas basées sur une enquête appropriée. Par ailleurs, même si nous ne publions que le travail sérieusement réalisé, cela ne signifie pas que nous sommes d’accord avec tous les résultats et toutes les études que nous publions ou pour lesquelles nous publions des liens sur nos pages Web et médias sociaux.

Partagez
Contactez nous maintenant
close slider
Une simple précaution pour confirmer votre demande.